Pourquoi la biodiversité est-elle si importante ?

Tous les jours, on entend parler de biodiversité au travers des médias qui en font un outil de communication. Au delà de ce terme générique, voyons en quoi ces composantes sont vraiment importantes pour l’humanité dans son présent comme dans son futur.

Pourquoi la biodiversité est-elle si importante ?
La biodiversité comme richesse de l’humanité

3 raisons pour lesquelles la biodiversité est importante : pour la santé humaine, l’économie et notre bien-être

La biodiversité est d’une importance capitale, pour votre santé, votre sécurité et, probablement, pour votre entreprise.

Mais la biodiversité (la diversité au sein des espèces, entre les espèces et des écosystèmes) décline à l’échelle mondiale, plus rapidement qu’à tout autre moment de l’histoire de l’humanité. Les 7,6 milliards d’habitants de la planète ne représentent que 0,01% de tous les êtres vivants en poids, mais l’humanité a causé la perte de 83% de tous les mammifères sauvages et de la moitié des plantes. Pour rappel, la perte de biodiversité et l’effondrement des écosystèmes figurent également parmi les cinq principaux risques dans le rapport sur les risques mondiaux pour 2020 du Forum économique mondial.

Pour rentrer davantage dans le détail, voici donc 3 façons dont la biodiversité soutient nos économies, améliore notre bien-être et davantage.

La biodiversité garantit la santé et la sécurité alimentaire

La biodiversité est à la base de la nutrition et de la sécurité alimentaire mondiales. Des millions d’espèces travaillent ensemble pour nous fournir un large éventail de fruits, de légumes et de produits animaux essentiels à une alimentation saine et équilibrée, mais elles sont de plus en plus menacées.

Chaque pays dispose de produits indigènes, tels que les légumes verts et les céréales sauvages, qui se sont adaptés aux conditions locales, les rendant plus résistants aux parasites et aux conditions climatiques extrêmes. Dans le passé, ces produits fournissaient les micronutriments nécessaires aux populations locales. Malheureusement, la simplification des régimes alimentaires, les aliments transformés et le faible accès à la nourriture ont conduit à des régimes alimentaires de mauvaise qualité. En conséquence, un tiers du monde souffre de carences en micronutriments.

Trois cultures, le blé, le maïs et le riz, fournissent près de 60 % des calories totales d’origine végétale consommées par l’homme. Cela entraîne une réduction de la résilience de nos chaînes d’approvisionnement et de nos assiettes. Par exemple, le nombre de variétés de riz cultivées en Asie est passé de dizaines de milliers à quelques dizaines seulement ; en Thaïlande, 50% des terres utilisées pour la culture du riz ne produisent que deux variétés.

La biodiversité au service de l'autosuffisance alimentaire
Les cueillettes sauvages font partie intégrale de l’histoire de la survie humaine

Les gens ont désormais clairement compris que la conservation des espèces était cruciale pour la santé des sociétés et des écosystèmes. Nous devons veiller à ce que ces connaissances fassent toujours partie de nos systèmes agricoles et alimentaires modernes afin de prévenir les maladies liées à l’alimentation et de réduire l’impact environnemental de l’alimentation.

La biodiversité aide à lutter contre les maladies

Des taux plus élevés de biodiversité ont été liés à une augmentation de la santé humaine.

Tout d’abord, les plantes sont essentielles pour les médicaments. Par exemple, 25 % des médicaments utilisés en médecine moderne sont dérivés de plantes de la forêt tropicale, tandis que 70 % des médicaments contre le cancer sont des produits naturels ou synthétiques inspirés de la nature. Cela signifie que chaque fois qu’une espèce disparaît, nous passons à côté d’un nouveau médicament potentiel.

Deuxièmement, la biodiversité due aux zones naturelles protégées a été liée à des cas moins fréquents de maladies telles que la maladie de Lyme et le paludisme. Bien que l’origine exacte du virus à l’origine de COVID-19 soit encore inconnue, 60 % des maladies infectieuses proviennent d’animaux et 70 % des maladies infectieuses émergentes proviennent de la faune sauvage. Comme les activités humaines empiètent sur le monde naturel, par la déforestation et l’urbanisation, nous réduisons la taille et le nombre des écosystèmes. En conséquence, les animaux vivent dans des quartiers plus proches les uns des autres et des humains, créant ainsi des conditions idéales pour la propagation des maladies zoonotiques.

La biodiversité profite aux entreprises

Selon le récent rapport du Forum économique mondial sur l’augmentation des risques naturels, plus de la moitié du PIB mondial (44 000 milliards de dollars) est fortement ou modérément dépendante de la nature. Au-delà des impacts économiques tels que ceux liés au coronavirus évoqués sur ce site d’actualités, de nombreuses entreprises sont donc en danger en raison de la perte croissante de la nature. Les ventes mondiales de produits pharmaceutiques à base de matériaux d’origine naturelle sont estimées à 75 milliards d’euros par an, tandis que les merveilles naturelles telles que les récifs coralliens sont essentielles à l’alimentation et au tourisme.

Il existe un grand potentiel de croissance et de résilience pour l’économie en assurant la biodiversité. Chaque euro dépensé pour la restauration de la nature génère au moins 9 euros de bénéfices économiques. En outre, l’évolution des méthodes de production agricole et alimentaire pourrait permettre de dégager 4 500 milliards d’euros par an en nouvelles opportunités commerciales d’ici 2030, tout en évitant des billions d’euros de dommages sociaux et environnementaux.

De plus, ne rien tenter afin de limiter la disparition des écosystèmes coûtera à minima 479 milliards de dollars par an à l’échelle mondiale, soit près de 10.000 milliards de dollars d’ici à 2050, affirme une étude du WWF.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *